Les TMS, c’est quoi ?

Publié le par dans : Sécurité.

Tendinite, lombalgie, syndrome du canal carpien, épicondylite, hygroma du genou …. sont des maladies qui touchent les articulations, les muscles, les tendons, c’est-à-dire l’appareil locomoteur.

L’activité professionnelle peut jouer un rôle dans leur survenue, leur maintien et leur aggravation. On les appelle troubles musculosquelettiques ou TMS.

Les TMS – 1ère maladie professionnelle dans plusieurs pays européens

En France, en 2012,

  • plus de 46 000 nouveaux TMS indemnisés
  • 50% laissent des séquelles
  • Près de 100 000 accidents du travail sont des lombalgies
  • Plus de 10 millions de journées perdues
  • Coût direct : plus d’un milliard d’euros

Chez les salariés de 20 à 59 ans, 15% des femmes et 11% des hommes présentent au moins un des principaux TMS du membre supérieur et 17% des femmes et 16% des hommes des symptômes lombaires qui ont duré plus de 30 jours pendant la dernière année.

Quelles conséquences pour l’entreprise et pour les salariés

Les conséquences pour l’entreprise sont souvent sous-estimées et parfois méconnues :

  • Absentéisme, difficultés pour remplacer le personnel, désorganisation du travail, surcharge de travail pour ceux qui restent ;
  • Baisse de performance, perte de qualité ;
  • Restriction voire inaptitude au travail ;
  • Désorganisation des équipes, nécessité d’adaptation des postes ;
  • Dégradation du climat social ;
  • Mauvaise image de l’entreprise

Comment en arrive-t-on là ?

Les troubles musculosquelettiques sont le résultat de la combinaison de multiples causes.

Les situations de travail défavorables peuvent être liées :

  • Au poste de travail et à son environnement, par exemple l’espace de travail, la répétition des mêmes gestes, les efforts importants, des manutentions lourdes, ….
  • À l’organisation du travail, par exemple les délais trop courts, le travail monotone, les tâches dépourvues d’intérêt, …
  • Au climat social dans l’entreprise, par exemple les mauvaises relations de travail, le défaut d’entraide entre collègues, le manque de reconnaissance, …

 Comment agir ?

L’engagement de la direction et la contribution de tous sont incontournables. Tous les salariés de l’entreprise doivent être associés et impliqué dans la démarche.

La démarche de prévention est d’autant plus pertinente qu’elle est accompagnée d’actions de formation dans l’entreprise. Celles-ci portent sur les compétences professionnelles et sur la préservation de la santé au travail.

Des pistes de prévention pour agir

Pistes techniques :

  • Conception des situations de travail : aménagement et dimensionnement adaptés des postes, encombrement, zones de circulation, ambiances physiques
  • Choix et entretien des équipements de travail avec la contribution des utilisateurs : machines, outils manuels énergisés ou non, vêtements de protection, …

Pistes organisationnelles :

  • Diversification des tâches, organisation du travail favorisant l’entraide
  • Organisation des pauses
  • Clarté des objectifs et mise en adéquation des ressources
  • Anticipation et gestion des aléas de production

Gestion des ressources humaines :

  • Entretien des compétences : formation, transmission des savoir-faire, respect des temps d’apprentissage, accueil des nouveaux
  • Sensibilisation aux risques : formations adaptées au contexte de l’entreprise avec la participation active des salariés

QHSE Concept vous accompagne

QHSE Concept, cabinet d’études spécialisé en sécurité au travail,  vous accompagne dans l’évaluation et la prévention des risques professionnels.

Contactez nous !

Mots-Clés : , , ,

Laisser une réponse :
  • (ne sera pas publiée)

HTML : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>